Pour lutter contre le pillage des ressources génétiques

Publié le par Neodim


Petit coup de projecteur aujourd'hui-  suite à un article lu sur Le Monde 2 - pour un groupe d'ONG mal connu : la Coalition contre la biopiraterie. Depuis 1995, ils s'attachent à décerner le prix "Capitaine crochet" aux organisations (grands groupes pharmaceutiques, agroalimentaires, biotechnologiques, ...) qui ont fait de la biodiversité l'objet N°1 de leur convoitise.
Ces entreprises ont  compris l'immense potentiel que représentent les gisments verts et se montrent très voraces en la matière : campagnes de bioprospection dans les déserts et les forêts, recensement systématique de la flore et du savoir associé des anciens, dépôt de brevets...En revanche, peu ou pas de contrepraties pour les communautés dont est utilisé le savoir ancestral. Ironie du sort quand on sait que 90% de la biodiversité se trouve justement dans les mêmes pays du Sud...
Après l'or noir, c'est le nouvel or vert que veulent s'approprier les pays développés. Une convention est bien sortie suite à Rio en 92 : Convention sur la Diversité Biologique (CDB), mais fidèles à eux mêmes (cf Kyoto), les USA ne l'ont pas signé car justement l'article sur la propriété intellectuelle ne leur convenait pas...
Et Alejandro Argumedo, militant de l'association péruvienne Andes de résumer la situation : "Le partage contractuel des bénéfices n'est pas acceptable. C'est comme si vous vous réveillez au milieu de la nuit pour découvrir que votre maison a été cambriolée. Sur le pas de votre porte, les voleurs vous incitent à vous réjouir car ils vous reverseront une part des bénéfices qu'ils tireront de vos biens."

Bref, la plupart des marques : Monsanto, L'Oreal (parce que vous le valez bien), Syngenta, Bayer... toutes ont été à un moment ou a un autre primées pour leur actes de biopirateries, avec des moyens souvent peu glorieux (sous-traitance des tâches à des universités, sociétés écrans et spécialisées, j'en passe et des meilleures).

La palme 2006 revient à Syngenta ainsi qu'au gouvernement US. Un beau projet de contre pouvoir en tout cas pour ces ONG, et qui plus est graphiquement intéressant ! (ils devraient s'associer aux Yes Men pour dénoncer ces méfaits...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

guigui1979 28/06/2007 18:55

Dans courrier international :

accueil >> actualités : amériques >> 28 juin 2007

ÉCOLOGIE · Google Earth au secours de la forêt amazonienne

Le peuple surui a demandé de l'aide à Google pour lutter contre la
déforestation illégale en Amazonie. A partir de juillet, l'entreprise
californienne devrait fournir à cette tribu brésilienne des photos
satellitaires à haute définition de la région, relate le quotidien
barcelonais La Vanguardia. Elles permettront de surveiller l'activité
des exploitants de bois et de minerai, susceptibles de pénétrer sur
les 250 000 hectares de la réserve protégée des Indiens. Afin d'avoir
accès à ces images, Almir Narayamoga Surui, le chef de la communauté,
demande que l'on mette à la disposition des 1 200 membres de la tribu
un accès Internet par satellite. Cette initiative permettra également
de sensibiliser les 200 millions d'utilisateurs réguliers de Google
Earth - le logiciel gratuit qui offre une visualisation satellite de
la toute la planète. D'après les organisations écologistes, entre 60
et 80 % de l'exploitation forestière en Amazonie se ferait
illégalement.


Comme quoi le méchant capitaliste n'est pas si mauvais au fond.