On décortique le mur végétal

Publié le par Neodim

undefined
Que vous soyez passés au musée du Quai Branly, ou au nouveau museum d'Histoire Naturelle à Toulouse, j'imagine que vous connaissez le concept de mur Végétal ? Et bien aujourd'hui, on le décortique...

Qui les fait et pourquoi ?

Il faut savoir que c'est un système breveté, donc interdit à la reproduction, et seul Patrick Blanc, son inventeur à le droit de les réaliser. Dans l'approche, il s'agit de repenser l'espace vert en ville, et réintroduire les végétaux qui peuvent prendre la place de nos minéraux : les murs ! Cette diversité, car il s'agit de véritables jardins verticaux donne ainsi une nouvelle perception du milieu urbain. Qui plus est, l'aspect vertical en fait une sorte de tableau, et les végétaux s'offrent à nous beaucoup plus facilement que dans un jardin traditionnel (à plat quoi ;-)

Comment ça fonctionne ?

Il faut tout d'abord une sructure en acier pour pouvoir donner la structure, mais niveau support des végétaux, il s'agit d'une succession de couches de plastique micro-percé et d'un tissu épais en matériaux synthétiques imputrécibles. Et oui, impossible d'utiliser du naturel, car sinon, au bout de 6 mois, il pourrirait, et devrait etre changé. En haut du mur est installé un réseau de gouttes à gouttes tous les 25 à 45 cm qui va se déclencher par périodes. Comme on se base sur des plantations hors sol, le mélange qui passe n'est pas uniquement de l'eau et contient aussi les nutriments essentiels (un petit engrais quoi). En bas, c'est une rigole qui récupère les eaux pour les réinjecter dans le circuit. Car niveau consommation, ça doit à mon avis être significatif même si je n'ai pas trouvé de chiffres sur le sujet. Contrairement au mur en béton, il faut venir plusieurs fois par an s'en occuper, tailler les végétaux, vérifier les circuits, remettrede l'engrais, etc... Pour la petite info, si vous en voulez un, l'estimation du prix est à 500 euros / m² !

Mais là où le mur prend sa magie, c'est dans les espèces végétales en présence. Et c'est aussi là tout l'art de Patrick Blanc, qui y implante des végétaux non seulement adaptés, mais arrive à des associations qui donnent un effet graphique au niveau des formes, des couleurs, des saisons. Vous pouvez même jouer au niveau des odeurs ! Dans les végétaux les plus connus adaptés à ce type de culture, on trouve les fougères, le géranium, la menthe, le thym...

undefined

Ce qui est sur c'est que l'effet fonctionne. Personnellement, j'aime ce que les murs végétaux me font ressentir. Est-ce qu'il faut maintenant voir en eux une réponse positive à la perception et à la métamorphose des villes ? Oui sans doute... mais sont-ils durables et quelle est leur empreinte écologique ? La question mérite approfondissement !

++ Le site officiel

++ Paysages en herbe

Commenter cet article

urbanflore 29/08/2008 11:59

bonjour je suis créateur de murs végétaux intérieur et extérieur pour les professionnels et les particuliers
je vous fais donc parvenir ce lien afin que vous informez www.urbanflore.com

david lemonieu 06/08/2008 22:18

Bonjour, Suite au conseil de Monsieur Patrick Blanc j'ai fais réalisé mon mur végétal par la société Jardins de Babylone uniquement avec des plantes depoluantes et je dois dire que j'en suis pleinement satisafaitwww.jardinsdebabylone.fr

Marshka 04/01/2008 18:17

Ok, joli ces murs, quand ils sont bien faits... je me rappelle en a voir aperçu un à PAris ces jours-ci, mal réalisé, et on avait plutôt l'impression d'avoir un jardin supposé horizontal mis sans modification à la verticale... un côté un peu 'ça tombe'. Et je pense qu'il y a déjà pas mal de boulots avec l'espace dispo sur les toits (même si les passants ne les voient pas forcémen t!)

Laurence 03/01/2008 20:20

Bonne idée ce billet.J'ajoute qu'une nouvelle entreprise vient de naitre en Anjou : http://www.heliotrope-europe.com/ en plus les fondateurs sont issus du même incubateur qu'Aboneobio, la Technopole d'Angers. Du talent en herbe sur un territoire orienté végétal : et oui nous avons le pole de compétivité Végépolys : tout un programme.Vous avez dit Angevine ?

Tristram 03/01/2008 16:36

En effet, c'est une bonne question en ce qui concerne la durabilité. À mon avis l'énergie et l'eau consommée ne sont pas dans des mesures excessives (mais à part mon feeling je n'ai aucune justification).Sur Lyon ils vantent aussi les mérites de pouvoir purifier l'air (un peu moins de particules malodorantes et donnant de jolies couleurs à un coucher de soleil c'est toujours appréciable).Par contre on perd un des intérêts des toits végétaux qui eux ne sont pas brevetés : celui d'être isolant (quoi que...), mais aussi de réguler l'eau en cas de grosses pluies (en absorbant puis relanchant peu à peu), ce qui est un véritable problème dans la conception des villes.