Il a gardé tous ses déchets pendant un an !

Publié le par Neodim

undefined
Voilà le type de démarche complètement folle que l'on attribue à des illuminés. Et pourtant, l'homme qui a fait ça a tout de normal, et raconte que son histoire est parti d'une bêtise...d'un repas entre amis comme les autres (et sans doute d'un pari "à la con"). Il voulait d'abord garder ses déchets dans les bacs de poubelles (équivalents aux notres), mais après s'être renseigné, il s'est vu dire qu'il serait dans ce cas "hors la loi". Et oui, pas le droit de garder précieusement ses déchets dans des bacs municipaux, on est obligé de les vider! Qu'à celà ne tienne, il a fait ça à l'intérieur de chez lui, en prenant soin de nettoyer ses déchets pour éviter qu'il ne pourrissent ! Son histoire commence donc le 4 décembre 2006, et se termine le 4 décembre 2007.

Le plus intéressant dans tout ça est ce qu'il déclare avoir appris de son expérience :

  1. La très très grande majorité des déchets provient des emballages. Pourtant, la nourriture sous emballage a souvent de moins bonnes qualités nutritives que tout ce qui est frais, elle est aussi souvent plus chère. Du coup, pour lui, consommer moins d'emballage est devenu aussi synonyme de consommer plus sain  et en changeant ses habitudes pour éviter d'accumuler à outrance, il en a retiré un double bénéfice : moins de déchet, plus de santé.
  2. Son délire d'essayer de consommer avec moins d'emballage a fait réfléchir les commerçants car celà perturbait leurs habitudes. Certains étaient amusés par ce client qui changeait de la monotonie des autres, mais d'autres n'ont pas apprécié, selon lui car le fait de faire attention à ça implique que celà prend plus de temps et d'énergie.
  3. Garder ses déchets permet de prendre conscience de sa consommation. Après un an d'expérience, plus moyen pour lui d'acheter un produit sans se poser la question de savoir combien d'énergie a été nécessaire pour le fabriquer, où a-t-il été fabriqué, d'où venaient les pièces qui ont servi à l'assembler,  quelle distance a-t-il parcouru avant d'atterrir dans le magasin près de chez lui, etc...
  4. Il a revu à la baisse son sentiment face au recyclage. Bien sur c'est une filière nécessaire, mais celà nécessite d'énormes quantités d'énergie, mais aussi d'eau pour collecter, nettoyer les déchets et produire de nouveaux objets. En gros,  il s'est rendu compte que dans la hiérarchie des déchets, Recycler doit arriver en queue de peloton bien après le fait de Réduire à la source !
  5. Ce n'est pas si difficile de faire la différence. Il a mené cette expérience sans conviction particulière au départ, donc si il a pu le faire, n'importe qui peut le faire. Changer ses habitudes de consommation est au final plus facile et plus accessible qu'il ne le pensait.
  6. "Trash sucks". Les déchets sont une plaie pour tous, mais sont aussi une énorme machine économique qui fonctionne très bien grâce à la société de sur-consommation, et qui engraisse de profits une petite poignée de gens sur le dos de tous les autres...et ça le rend triste...
  7. Le fait de changer est motivant, marrant, beaucoup plus que ça n'est stressant ou impossible.
  8. Le fait de nettoyer ses déchets prend du temps, mais dans son cas, c'était nécessaire, pour éviter d'avoir une décharge et plein de petits habitants dans son salon...
Voilà, si vous voulez en savoir plus, il répertorie toute son expérience sur un blog, avec quelques photos, les questions idiotes et variées que son expérience l'a amené à formuler, ainsi que sa réflexion face aux déchets qu'il a produit, en notant les plus problématiques. Aux USA, son expérience a fait le tour des médias, et engendré de nombreuses discussions.

++ Save your trash

Publié dans Consom'action

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sébastien 14/01/2008 18:47

Alors soit y'a un problème, soit ... y' a un problème. En aucun cas cela ne peut représenter 1 an de déchet ou alors il mangeait fréquemment au restaurant et quand je dis fréquemment c'est deux fois par jour. De plus en y regardant bien, on ne trouve pas de produits ménagers ou équivalents.Un français produit en moyenne 360 kgs par an, un américain dans les 700... et lui en un an il arrive piteusement à remplir trois caisses ?Bon alors soit il n'y a pas tout. Soit il ne mange jamais chez lui, soit les déchets exposés représentent le premier mois et ensuite il n'a plus rien acheté :)

anne 13/01/2008 21:15

originale comme idée.merci pour votre blog. joyeux et écolo.en parlant de déchets je suis à la recherche d'un lombricompost d'appartement .? j'ai bien sur trouvé le can o worms.qui a l'air top mais cher. avez-vous d'autres pistes?merci

échothermie 09/01/2008 19:31

Le nombre de déchet ne paraît pas colossal, pour un an, tout de même...Cela a dû être pour lui une expérience et un bon entraînement sur l'ergonomie et, bien sûr, l'enfumage d'une maison...Et puis, sachant qu'il était destiné à les entasser un an durant, il valalit mieux pour lui qu'il prenne des résolutions très tôt.« La fin justifie les moyens. »Bonne anecdote.~échothermie.

evy 09/01/2008 18:43

effectivement laurence a bien relayé l'info et c'est comme ça que j'arrive sur le blog - Expérience très parlante en effet  ! et là où je suis vraiment d'accord c'est qu'effectivemement le tri est nécessaire mais il faut bien sur revoir son mode de consommation à la source.chez nous les bacs de recyclage sont de plus en plus vides ...http://www.evydemmentbio.com

Laurence 09/01/2008 16:38

Merci pour cet article, qui, par son illustration et son bon sens donne du poids à nos discours. Evidemment nous avons relayé l'info sur le blog : http://www.aboneobio.com/blog/?2008/01/09/81-il-a-garde-tous-ses-dechets-pendant-un-anChez http://www.aboneobio.com/ on est convaincu qu'il faut effectivement changer nos pratiques et reduire à la source les déchets, en limitant les emballages. Se mettre à raisonner global à l'échelle d"une famille et sur une année, en privilégiant les flaconnages familiaux et biodégradables avec des formulations concentrées, des conditionnements adaptés, ....