Paris 13è, dans la Zac Massena

Publié le par Neodim

undefined
Dans le 13è, à l'angle de la rue Dolto, vous pouvez désormais voir ce batiment de logements sociaux conçus par l'agence Beckmann-N’Thépé. Coloré et brut à la fois, cette sculpture dense développe dans ce quartier en mutation son autonomie, son identité et sa différence. L’ornementation  et les fioritures ont été apparement "interdites" et la nature envahit des jardins suspendus disséminés. Conçu sur les principes HQE, l'ensemble comprend aussi des panneaux photovoltaïques ainsi que des systèmes de récupération d'eau de pluie.
Certains ne trouveront pas l'ensemble à leur goût, mais de mon côté, je préfère ce type de réalisations aux immeubles de série aux matériaux peu durables qui n'apportent rien, ne prennent pas de risque et sont dégueulasses de coulées noires en moins de 5 ans...

undefined

++ très beau site de Beckmann-N’Thépé
Crédits photos : contextes © contextes.org All rights reserved. Courtesy by Beckmann & N'Thépé
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

merlinbreizh 22/03/2008 00:05

Je suis assez d'accord avec le commentaire précédent. Il fait déjà vieux. Je pense que les coulées grises de pollution par-dessus achèvront de rendre l'ensemble (déjà assez lourd) carrément glauque.Personnellement, j'attend d'un immeuble qu'il me donne envie d'y entrer, de me promener sur des passerelles pour passer d'un volume à une terrasse, bref que ce soit joli et amusant à vivre.Je n'aimerais pas rentrer de vacances (c'est un excellent critère pour qualifier un logement) et arriver devant cet immeuble et me dire : Bienvenue à la maison !

Bôôg 19/03/2008 12:04

Ce n'est que très subjectif, mais je ne suis pas certain que concevoir un immeuble qui parraisse délabré et sale dès sa construction soit un gage de durabilité Quant aux formes, leur aspect "destructuré" ne rappellent trop à mon goût l'impression de labyrinthes reproché aux cités. On est entre le centrer industriel centenaire qui aurait poussé anarchiquement au gré des besoins et l'HLM années 50, ce n'est pas ça qui sortira les citadins de leur grisaille :-(