Le BVP limite le greenwashing

Publié le par Neodim


Sur le seul premier trimestre 2008, et concernant de près ou de loin le développement durable, ce sont quelques 250 pubs qui ont été examinées par le Bureau de Vérification de la Publicité. Résultat : 70% des campagnes ont été modifiées, et 9 d'entre elles complètement abandonnées.

Pour exemple des campagnes modifiées :

  • D’Aucy a modifié sa campagne TV, remplaçant « nous cultivons pour vous nos meilleurs légumes dans le respect de la nature » par « nous cultivons pour vous nos meilleurs légumes par amour de la nature et de votre équilibre ». Le positionnement « naturel » est ainsi conservé, mais sans le risque d’induire le consommateur en erreur sur la pratique éventuelle d’une agriculture biologique ou raisonnée ;

  • BMW a changé de signature institutionnelle, le slogan « le plaisir est une énergie renouvelable » cédant désormais la place à « un plaisir toujours plus responsable ». Plaisir et protection de l’environnement restent ainsi associés, mais sans suggérer que le véhicule roule avec une énergie renouvelable ;

Si le BVP représente pour les annonceurs une forme d'autodiscipline, on voit sur le pourcentage de campagnes modifiées que les industriels ont le main lourde dans le dosage du développement durable pour leurs pubs...la route est donc encore longue et le chemin très sinueux...à en lire les messages de remplacement trouvés pour les deux exemples ci dessus...

++ communiqué de presse BVP
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Un article citant le votre est disponible à cete adresse : Communication et environnement
Répondre
F
Même chose pour Renault en Angleterre : http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=16952&idThema=7
Répondre