Le Dilemne environnemental du Coton

Publié le par NMsL

Le coton représente aujourd'hui 50 % des besoins de fabrication textile dans le monde. Sa culture pèse ainsi chaque année 23 milliards de dollars, mais la plus polluante: les achats de pesticides s'élèveraient à 2 ou 3 milliards de dollars, soit 25% du marché mondial.

Population intoxiquées, nappes phréatiques endommagées et polluées, attaques d'insectes et de parasites, assèchement des cours d'eau sachant qu'il faut 5263 litres d'eau pour 1kg de coton (source CNRS): l'assèchement de 80 % de la mer d'Aral proviendrait de cette culture.

Selon un rapport du Réseau d'Information stratégique pour les Entreprises d'avril 2005, la part du coton équitable pour la récolte 2004-2005 fut seulement de 700 tonnes sur 23 millions à l'échelle mondiale.

Selon les spécialistes, le coton biologique ne couterait pas plus cher. Seule difficulté pour les petits producteurs: passer d'un champs conventionnel à un mode biologique nécessite trois ans de jachère. D'où le travail des ONG, qui aident financièrement les agriculteurs durant ce laps de temps tandis que certaines marques engagées garantissent l'achat de la totalité de leur production.

On saisit alors l'importance de savoir ce que l'on achète pour mieux consommer à l'heure ou des marques comme IDEO se développent sur le marché avec la particularité de travailler avec  du coton biologique exclusivenent.


Publié dans Consom'action

Commenter cet article