L'informatique : archétype de la société de consommation !

Publié le par Jean Pierre Marty

Aujourd'hui, petit article contribution :

Si vous lisez cet article sur Neomanland, c'est que vous utilisez un ordinateur !

Mais connaissez-vous l'impact sur l'environnement et la santé de cet outil souvent indispensable ?



L'informatique est l'archétype de notre société de surconsommation.


Pour forcer le renouvellement du parc, les industriels de l'informatique ont été les premiers à mettre en application le principe d'obsolescence(*) programmée. Par ce principe, le matériel toujours fonctionnel est rendu obsolète volontairement, par l'arrivée d'une nouvelle version du logiciel. De ce fait, l'événement commercial planétaire de la sortie d'une nouvelle version de Microsoft Windows condamne au rebut des milliards de machine.


Ces ordinateurs, en fin de vie programmée, arriveront , en Chine, Nigéria, Malaisie ou Inde, dans des ateliers - décharges à ciel ouvert. Les ouvriers, payés entre 2 et 4 dollars par jour, sont chargés de récupérer, sans aucune protection, les métaux précieux contenus dans les circuits électroniques.
Sur ces sites, des mesures ont relevé des taux en plomb dépassant de 400 à 600 fois les normes internationales de santé publique !(**)


Un tel gâchis est d'autant plus condamnable que la fabrication d'un ordinateur est fort consommatrice d'énergie. En effet elle nécessite, par unité de masse produite, cinq fois plus de combustible fossile que la fabrication d'une voiture.


L'utilisation d'un ordinateur n’est pas sans influence sur la santé. Ici, comme dans bien autres cas, le principe de précaution est bafoué pour les profits maximum. Les technologies sans fil, comme le Wifi, nous entraîne vers une catastrophe sanitaire majeure ! Pour une utilisation professionnelle intensive, il convient de bien choisir son matériel. Il faut utiliser un écran plat pour éviter la fatigue des yeux et choisir une unité centrale silencieuse et peu énergivore. En ce qui concerne les enfants, il faut limiter le temps d'utilisation car la dépendance peut arriver. Les licences propriétaires des logiciels génèrent une dépendance des utilisateurs au profit des industriels. Elles réduisent ainsi l'accès à l’informatique, en toute légalité, aux plus démunis.

Chaque éditeur dispose de sa licence propriétaire. Pourtant, dans cette quantité importante de versions, on retrouve des constantes synonymes de perte de liberté : droits d’utilisation limités à un nombre de personnes et de machines, droits limités dans le temps ou face à une utilisation précise, interdictions d’installer le logiciel dans certains pays… Le seul but est d’obliger les utilisateurs à payer abondamment et régulièrement !




Surconsommation, gaspillage de l'énergie, pollution, influence sur la santé...

Mais comment rendre cet outil, souvent indispensable, plus respectueux de l'environnement et de l'être humain, plus détaché de la surconsommation ? Pourquoi envoyer à la décharge, un objet fonctionnel ou dépannable ?

La sauvegarde de notre environnement passe par la réutilisation. Ne pas jeter mais réparer et reconditionner les objets. Aujourd'hui, on ne répare plus, on change. Le métier d'artisan dépanneur a pratiquement totalement disparu. Je crois en sa réapparition.


Est-il toujours nécessaire d'avoir un ordinateur plus rapide, avec plus de mémoire ? Non, c'est ce que voudrait nous faire croire les lobbyings informatiques. Il est possible de faire aussi bien, voire mieux et de développer des applications moins gourmandes en ressources informatiques. La communauté du libre qui développe les logiciels en licence Open Source (Sans droit d'utilisation) nous le prouve régulièrement.


Linux est un système d'exploitation qui possède toutes les fonctionnalités d'un système moderne, au même titre que Microsoft Windows Vista. Mais, il est, à l'inverse de son équivalent commercial, peu gourmand en ressources matérielles, et il fonctionne parfaitement sur des ordinateurs anciens.


L’informatique reconditionnée sous logiciel libre est une solution au problème d'environnement, mais surtout un accès à l’égalité pour les revenus les plus modestes. Le matériel d’occasion couplé avec des solutions logiciels libres peut répondre à ces besoins pour un coût réduit ( Exemple : Ordinateur pour une utilisation en bureautique et internet sous Linux avec tous les logiciels nécessaires installés pour 200 Eur). Il lève l'entrave du concept d'obsolescence, réduit les méfaits de la surproduction sur l'environnement et reste accessible aux petits budgets.



Ecrit par Jean-Pierre MARTY

Fondateur de la société Concept Eco-Informatique

www.eco-informatique.com

Commenter cet article

jpmarty 09/07/2008 04:56

C'est vrai que souvent les réparations sont chères, voir impossible. La plus part du matériel est conçu pour ne pas être réparé, je le constate régulièrement sur les imprimantes par exemple. Notre société de consommation change mais ne répare pas !Les sav des marques n'assurent pas, volontairement, au bout de quelques années le suivi des pièces détachés. Ce suivi est de 5 ans pour la plupart des marques dans la TV et Hifi !!!Mais si la panne accidentelle de votre Mac n'était pas arrivé, je suis persuadé qu'il vous rendrait encore les mêmes services ( si vos besoins n'avait pas changé )...

leclercq 07/07/2008 19:08

Vous avez en grande partie raison, mais les pannes sont plus chères à réparer qu'un ordinateur neuf. Il y deux ans l'unité centrale de mon Mac a été victime d'une surtension par un coup de foudre très proche. Seule       anomalie majeure, un court circuit interrompant l'usage du téléphone France Telecom? Réparation à faire: changement de la carte-mère et du disque dur(toutes les données perdues). J'ai remplacé l'unité centrale. L'ancienne est toujours là à attendre un amateur.

fred972 06/07/2008 06:16

Vivent les systèmes alternatifs! La "famille" AmigaOS et compatibles (MorphOS et AROS) se contente de matériel industriel, fiable et durable, économe en énergie (Efika, Sam440, vieux PC pour AROS). À (re)découvrir!www.amigaimpact.org

Urbinou 03/07/2008 12:57

"En ce qui concerne les enfants, il faut limiter le temps d'utilisation car la dépendance peut arriver."Sous-entendrait-il qu'une fois le pc sous linux, la dépendance n'est plus possible ? :-))Trollisme mis à part, parler de dépendance... que ce soit la télé, le gsm ou le football pour certains, dès que l'on est passionné de quelque chose, sommes-nous de facto dépendants ?

seden 02/07/2008 18:27

Les balises pour le gras débordes, en dehors de ça, rien de vraiment nouveaux, l'affirmation catégorique concernant les ondes WIFI ensuite, c'est du domaine du non confirmé. question de bon sens (modèle principe de précaution) que de limiter l'usage de principes mal maitrisés.