Produire de l'énergie par les autoroutes ?

Publié le par Neokentin


Voici une idée intéressante que le projet « Parasitic Catalyst » développé par Joe, un étudiant de l’université d’Arizona.

Parasitic (Parasite) : Organisme qui se nourrit, s'abrite ou se reproduit en établissant une interaction durable avec un autre organisme (l'hôte).

Catalyst (Catalyseur) :  Substance qui augmente la vitesse d'une réaction; il participe à la réaction mais il ne fait partie ni des produits, ni des réactifs et ne fait donc pas partie de cette réaction.


On voit donc de par le nom de ce projet l’idée générale du concept, qui consiste à récupérer de l’énergie sur un système sans pour autant interagir sur ou avec ce système.

Le système en question : Les autoroutes.

L’initiative de Joe vient du constat que dans notre société actuelle nous utilisons une quantité significative d’énergie fossile pour nous déplacer en voiture, et donc mettre en mouvement des "blocs de métal" sans pour autant récupérer une partie de l’énergie de ces objets en mouvements.

Que se passe t’il sur une autoroute quand un véhicule se déplace? Celui-ci déplace une quantité d’air non négligeable de par son mouvement (on ne reviendra pas ici sur les lois de la physique…) et ce déplacement d’air est une énergie potentielle tout comme le vent est l’énergie qui fait tourner les éoliennes.

Alors fort de ce constat, l’idée simple mais géniale est donc de récupérer cette énergie par l’installation d’éoliennes horizontales sur les autoroutes, récupérant du fait une quantité non négligeable de l’énergie produite par les véhicules pour les mettre en mouvement. Comme sur la figure ci-dessous, ces éoliennes de type horizontale pourraient être installées juste au dessus des autoroutes, à une distance optimale ou les turbulences d'air engendrées par les véhicules seraient maximales.


Partant du constat que la vitesse moyenne du vent pour ces éoliennes seraient de 10 Mph (ok, j'ai pas fait la conversion...), la production d’énergie par turbine pour une autoroute du type de celle de Phoenix (libre à vous de chercher l’information sur le nombre moyen de voitures à l’heure sur cette autoroute...) serait environ de 9600 Kwh par an, permettant d’alimenter en énergie plusieurs foyers ou pourquoi pas les stations services ou l’éclairage le long de l’autoroute.

Bien qu’il reste de nombreuses incertitudes techniques sur ce projet comme par exemple les turbulences engendrées par ces éoliennes, la vitesse moyenne du vent générée par les véhicules en mouvement, l’idée reste néanmoins originale et intéressante et c’est ce qu’on aime à NMsL !

Alors comme la voiture propre pour Mr. tout le monde n'est pas encore pour demain, essayons déjà de récupérer un maximum d'énergie de la combustion des énergies fossiles, c'est toujours cela de gagné sur notre consommation globale!


 

Source : Archinect School Blog Project - University of Arizona

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mathieu 16/09/2007 21:26

Il y a aussi une loi de la physique qui dit que l'énergie ne viens pas de nulle part... donc si on récupère de l'énergie fournie par la voiture, c'est que celle-ci n'a pas servi à faire avancer la voiture... et que donc la voiture a du consommer plus pour faire tourner l'éolienne... fausse bonne idée donc... Heureusement qu'il y a quand même du vent (naturel), même sur les autoroutes...